L'appel du large

Les aventures d'une petite bretonne expatriée en Autriche

Ma découverte de Linz

Je vous ai déjà rapidement parlé de Linz, mais assez vite fait quand-même, alors il est temps que je m’y attelle plus en détail. Ma nouvelle ville, c’est quand-même la 3e plus grande ville d’Autriche, avec 205 000 habitants, derrière la capitale Vienne (presque 1,9 million) et Graz (284 000), mais devant Salzburg (150 000), pourtant plus connue. Linz est une ville historiquement très industrielle et consacrée à la production d’acier, mais elle a été en 2009 capitale européenne de la culture, et en a profité pour créer des musées et festivals. Donc depuis assez récemment elle sort de cette réputation de ville industrielle pour devenir aussi un centre culturel important. Petit point géographique : Linz, en plus d’être sur les bords du Danube, a aussi l’avantage d’être très bien située dans le centre de l’Europe : à environ 1h30 de train de Vienne, 1h des Alpes et de Salzburg, 3h de Munich, 4h de Prague, l’Italie et la Croatie sont aussi assez proches… Vivement que je puisse partir en weekend !

Petite carte de l’Autriche commentée par mes soins ! Les temps de trajet indiqués sont les liaisons directes en train, même couleur = même temps. Et les villes entourées en rose, c’est des potentiels plans de visites un peu plus lointains, pour des weekends prolongés ou en train de nuit ?

Linz, c’est donc la ville où je vais habiter pour un an. Son centre-ville n’est pas très grand, en gros il y a une grande rue qui relie plus ou moins la gare au Danube (la Landstraße), et plus on s’approche du Danube, plus on a de monuments et musées. Mais en dehors de ce centre relativement petit, on peut quand-même trouver des trucs à faire : entre les balades le long du Danube ou dans les montagnes toutes proches, et les autres lieux culturels qui s’installent en-dehors du cœur de la ville, il y a matière à s’amuser.

Et petite carte de Linz, parce que c’est cool les cartes

Je vous ai déjà parlé des plages le long du Danube dans cet article, mais ce n’est pas le seul endroit où j’ai déjà pu me balader. Je ne me suis pas trop attardée sur les monuments du centre-ville, je serai incapable de situer l’Alte Rathaus (ancienne mairie) par exemple. En fait, avec la neige (et le confinement qui fait que tous les monuments sont fermés, ça joue ^^), j’avais plutôt envie d’aller me balader dans la nature ou vers des points de vue sympa. Alors j’ai commencé par Schlossberg (littéralement la montagne du château), qui comme son nom l’indique est une colline sur laquelle est installé le château de Linz. Il n’a rien de très spectaculaire extérieurement, c’est un grand bâtiment qui a servi de résidence pour les empereurs du Saint-Empire à partir du XVe siècle, et qui a ensuite été rénové plusieurs fois jusqu’à devenir un musée aujourd’hui, que j’irai probablement visiter un jour. Par contre la vue depuis cette colline toute proche du centre-ville et juste au bord du Danube est cool. Et puis la neige quoi.

Le bâtiment avec la façade lumineuse multicolore que vous pouvez voir, c’est Ars Electronica Center, ou musée du futur. On peut y essayer des technologies type casque de réalité virtuelle (et sûrement plein d’autres trucs), et ils organisent aussi des expositions sur la relation entre la technologie, l’art et la société. Il a l’air plutôt cool, alors pareil j’irai probablement quand il aura le droit d’ouvrir. Juste en face, de l’autre côté du Danube, on trouve un autre musée, l’autre bâtiment lumineux : Lentos, musée d’art moderne assez réputé.

Un autre point que vous pouvez voir, c’est l’église perchée sur une autre montagne au loin, sur la première photo. Et ça (transition) c’est Pöstlinberg, l’endroit que je suis allée visiter le lendemain, la veille de commencer à travailler. C’est une petite montagne de 539 mètres de haut au sommet de laquelle est installée une église, ou plutôt la basilique mineure des Sept Douleurs de Marie (traduction approximative de Basilika zu den Sieben Schmerzen Mariä, aussi connue sous le nom de Wallfahrtskirche pour les germanophones qui traînent par ici) . Pour y accéder, il suffit juste de prendre un tram spécial (d’après mon chef, c’est le tramway avec la pente la plus raide au monde, j’ai pas vérifié et j’ai peut-être mal compris mais c’est vrai que la pente est sévère). Et au sommet, on se retrouve en pleine nature, dans un décor digne d’un dessin animé Disney, mais toujours officiellement dans Linz.

La vue sur Linz : on peut pas distinguer grand-chose, mais vous pouvez quand-même repérer le Danube avec de bons yeux

Et la vue sur la ville est aussi plutôt stylée. On voit pas grand-chose sur mes photos, mais en vrai et avec les indications de la plateforme d’observation j’ai réussi à distinguer les points principaux et même vaguement l’emplacement de mon quartier. En plus en prenant de la hauteur comme ça, je me suis retrouvée avec encore plus de neige qu’en bas en ville. Et voir des paysages tout blancs, c’est vraiment ultra joli.

Voilà donc pour mes premières escapades ! Pour l’instant je suis contente, j’aime bien cette ville, même si avec le lockdown c’est plus compliqué de se rendre vraiment compte de son atmosphère, de ce qu’est la vie ici, parce que tout est fermé. Mais bon déjà on a le droit de me promener librement, alors je vais prendre un peu mon mal en patience, et continuer mes balades en ville et dans la nature en attendant de pouvoir aller au musée ou au restaurant !

Emilie

2 réflexions sur « Ma découverte de Linz »

  1. Alalaaa Merci pour ce blog. J’habitais Munich jusqu’au covid. J’ai détesté. Un week-end jai craqué et j’ai passé la frontière. Vienne, Salzbourg et Linz.

    Aaah Linz …
    Ca a été une histoire d’amour. La ville est à taille humaine, industrielle et moins touristique. Mais plus pittoresque. À Linz je me suis vraiment senti en Autriche.
    Jai adoré le côté ex-ville industrielle ouverte aux arts ( je suis originaire de Roubaix, a Linz je me suis senti a la maison)

    Et là j’ai pu vraiment etre en contact avec des autrichiens ( et j’étais pas vu comme un vulgaire touriste comme à salzbourg)
    Comparé aux munichois, les habitants de linz ont un contact simple et acceuillant.
    Bref j’adorerais pouvoir m’y installer un jour

    Et sinon on parle du LinzerTorte !?:D

    1. Merci pour ce commentaire ! Mon premier sur ce blog, ça se fête 😀
      Je ne suis jamais allée à Munich, j’ai habité pendant 5 mois à Hambourg mais c’était pour un semestre erasmus alors j’étais surtout avec les autres étudiants internationaux et assez peu avec les locaux. Linz, c’est vrai que ce n’est pas du tout la même ambiance, c’est plus une petite ville tranquille, je viens de Rennes alors c’est à peu près la même taille et la même qualité de vie je trouve. Mais j’aime beaucoup le fait que Linz soit une ville ouverte et en évolution. On sent que c’est une ville qui vit, et pas une ville-musée où tout est figé et où le centre-ville est comme réservé aux touristes. Après c’est clair que le covid aide dans le fait qu’il n’y ait pas du tout de touristes ici en ce moment ^^’
      J’espère que tu auras un jour l’opportunité de t’installer ici alors ! 🙂
      Aah oui c’est vrai que je n’ai pas encore parlé du Linzer Torte sur ce blog, je suis une grande fan aussi 😀

Répondre à Emilie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page